Archives royalistes
Accueil du site > Journal > 1977 > L’EPREUVE

N° 254

L’EPREUVE

6 octobre 1977

ÉPREUVES

Après ses succès municipaux, la victoire socialo-communiste semblait dans l’ordre des choses. D’autant plus que de nouveaux rapprochements — sur l’Europe en particulier permettaient d’envisager une alliance stable après la conquête du pouvoir. Et les polémiques de l’été, guère différentes de celle du passé, ne paraissaient pas remettre en cause un accord que la logique électorale commandait : socialistes et communistes n’avaient-ils pas besoin les uns des autres pour gagner les législatives ? Pourtant la rupture est consommée... Éditorial de Bertrand Renouvin, en page 12.

LES IDÉES : Les deux cités

Dans le débat contemporain sur le devenir du catholicisme, il est un parti-pris facile qui permet aux uns et aux autres des raccourcis historiques, des synthèses commodes. Ainsi du côté progressiste on expliquera les péripéties des deux derniers siècles comme la chronique du lent arrachement de l’Église à ses préjugés réactionnaires et à ses solidarités féodales et bourgeoises. Du côté intégriste, la chronique contera la série de trahi-sons qui de proche en proche, a produit l’agenouillement face au monde et la sécularisation. Que les uns et les autres aient leurs arguments et puissent aligner des faits n’est pas douteux. Ce que l’on peut mettre en doute c’est que leurs prétentions contradictoires à la vérité totale soient pertinentes... Article de Gérard Leclerc, en page 5.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0