Accueil > Les publications de la NAR > La Nation Française > 2022 > La Nation Française n° 10

La Nation Française n° 10

lundi 19 décembre 2022

Page  1 : Corruption. – Heureuse défaite. P. 2 : Patriotisme du ballon rond. – Milliards perdus. – Misères de l’hiver. P. 3  : Contourner la représentation nationale. – Divorce. P. 4 Lectures. P. 6 : Théâtre «  Lennon et McCartney  » ; « Le Songe et la Douceur  ». P. 7  : Cinéma « Le parfum vert ». – Courrier des lecteurs. p. 8 : Environnement : Un paradoxe abyssal.

Misères de l’hiver

Aznavour chantait que la misère semblait moins pénible au soleil. On est tenté de le croire alors que le thermomètre est en dessous de zéro. À Paris, on voit des quêteurs professionnels, à même le trottoir, sous une pauvre couverture, à tous les coins de rue les plus venteux. Ils ont été déposés là, tôt le matin, par une mafia contre laquelle la police et la justice sont impuissantes ou, peut-être, à force, indifférentes. Il paraît que plus il fait froid et plus l’affaire est rentable (pas pour le quêteur lui-même).

Au bas des escaliers du métro, on découvre des literies improvisées. Plus on se déplace vers le nord de la capitale et plus le nombre des solliciteurs glacés, des abandonnés, des épaves humaines ravagées par l’alcool ou la drogue, se multiplie. Autour de la station Rosa-Park du RER D par exemple, avec ses vastes portiques sous les voies de chemins de fer. Sans parler de l’enfer des camps de tentes de plastique à la Porte de la Chapelle ni des zones fluctuantes soumises au trafic du crack qui ne connaît point de saison au grand dam des riverains… Les villes de province connaissent pareillement leurs concentrations de fantômes d’humanité, que les grands froids rendent plus pathétiques. Et que dire des frontières ? Des dizaines de milliers de clandestins – également pris en main par des mafias impitoyables – tentent de passer les montagnes enneigées ou la Manche en plein hiver, ce qui accroît les risques d’accidents mortels.

Ce n’est pas l’Ukraine certes mais, au moins les Ukrainiens savent pourquoi ils souffrent et peuvent espérer une victoire collective galvanisante. Chez nous, le «  général Hiver  » prélève son butin sans aucune promesse stratégique. L’activisme généreux de quelques-uns n’y suffira jamais, surtout s’il est teinté de partis pris idéologiques contreproductifs, comme cela arrive, trop souvent. Encore que le pape Pie XI a justement dit que «  la politique est la forme la plus haute de la charité  ». Pauvre politique !

F. A.