Accueil > Royaliste > Nos articles récents > « Les Lettres » > Éternelle Autriche

Royaliste n°1226 du 17 janvier 2022

Éternelle Autriche

Les Lettres

lundi 17 janvier 2022

Du discret poète Dominique Pagnier nous avions goûté un roman, Le Cénotaphe de Newton (Gallimard, 2017). Il en signe ici un nouveau, également consacré à la Mitteleuropa et au monde germanique. Un étudiant français, orphelin, découvre l’Autriche au mitan des années soixante-dix en séjournant au sein d’une famille viennoise. Quelques mois lui suffiront pour n’avoir de cesse que de devenir un parfait homo austriacus pétri de la culture et des traditions de son pays d’accueil. Vêtements, musique, bals, littérature, tout y passe jusqu’à son mariage avec une jeune femme de condition modeste ainsi que son adoption par une aristocrate jadis familière de la cour d’Albanie, celle du roi Zog.

« Il me faut décrire l’atmosphère gracieuse de ces étés autrichiens en montagne durant les années soixante-dix », s’exclame le narrateur qu’on s’attend à voir sortir de sa sacoche le remarquable Autriche signé quelques années auparavant par le poète Philippe Jaccottet. Il faut dire que les interlocuteurs autrichiens du héros, le diplomate nonchalant Armin Hollett ou le psychanalyste juif Ossian Stern sont des nostalgiques invétérés de la double monarchie austro-hongroise. Le jeune français salue sans fard « le seul pays à avoir échappé à l’impérialisme culturel et économique des États-Unis ». Il se passionne pour l’œuvre de Gérard de Nerval, en qui il voit « le plus autrichien des écrivains français ». Tout au long du roman, le narrateur nous fait partager l’enchantement que procure aux hommes de culture la fréquentation de la capitale autrichienne. On est bien loin ici de la Vienne mutilée et occupée que décrit Graham Greene dans Le Troisième homme. Si la contemplation sied probablement plus que l’action à Dominique Pagnier, son livre séduit par son traditionalisme foncier et sa méditation sur le devenir d’un pays neutralisé par l’histoire contemporaine.

Jérôme Besnard.

Dominique Panier, Le Quadrille français, Gallimard, 2021.